Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles associés au libellé Nouvelle Ecole

Ernst Jünger, Nouvelle Ecole n°48

Nouvelle Ecole conscrait son quarante-huitième numéro à Ernst Jünger

La vie de l’auteur d’Orages d’acier et des Falaises de marbre, du Travailleur et d’Eumeswil, des Chasses subtiles et du Traité du Rebelle, s’est étendue sur plus d’un siècle. Dans ce numéro qui lui est entièrement consacré, les meilleurs spécialistes présentent son œuvre, depuis l’époque de la Révolution Conservatrice jusqu’à celle de Soixante-dix s’efface. Les principaux textes sont signés par Armin Mohler, François Poncet, Serge Mangin, Friedrich Sieburg, Gerd-Klaus Kaltenbrunner, etc. On trouvera aussi dans ce dossier des inédits de Jünger («Le droit spécial du nationalisme») et de son frère, Friedrich Georg Jünger, ainsi qu’une bibliographie exclusive et de nombreux documents. Les personnalités originales d’Ernst Niekisch et de Friedrich Hielscher n’ont pas été oubliées. Numéro en vente 20.00 euros sur le site Eléments

Alain de Benoist analyse la figure du rebelle



«Le rebelle est la preuve vivante qu’une alternativ…

Nouvelle Ecole est sur Twitter

Vous pouvez désormais suivre l'actualité de la revue Nouvelle Ecole au jour le jour sur Twitter | Articles, entretiens, émissions, extraits, citations, débats, conférences...



Suivez #NouvelleEcole sur #Twitter !
sans oublier #Facebook : https://t.co/d7eps8DxL4#CharlesMaurras, n° en cours >https://t.co/Sb5GRZDtR7pic.twitter.com/v8VRaOg2Jv — Nouvelle Ecole (@Nouvelle__Ecole) 16 août 2017


Nouvelle Ecole - stand du colloque ILIADE

Colloque organisé par l'Institut Iliade 
Maison de la Chimie à Paris, le 18 mars 2017






































Konrad Lorenz, l'homme qui écoutait les oies

Une présentation par Alain de Benoist, de l'oeuvre de Konrad Lorenz, prix Nobel de médecine et fondateur de l'éthologie, publiée dans le numéro de mai 2009 de la revue Le Spectacle du Monde. 
Les travaux de Konrad Lorenz sur le comportement animal et humain ont ouvert des voies décisives en resituant l’homme dans le fleuve du vivant. 
Et retrouvez dans Nouvelle Ecole n°29 un texte fondamental, inédit en français, du Prix Nobel Konrad Lorenz : «Pathologie de la civilisation et liberté de la culture». Le fondateur de l’éthologie y expose l’essentiel des idées qu’il reprendra plus tard dans son livre, Les huit péchés capitaux de la civilisation. 

> La revue Nouvelle Ecole numéro 29 est en vente sur le site Eléments



Konrad Lorenz : l'homme qui écoutait les oies
Il y a vingt ans, disparaissait le biologiste et zoologiste Konrad Lorenz. Père de l’éthologie, prix Nobel de médecine et de physiologie, ses travaux pionniers sur le comportement animal et humain ont ouvert des voies déc…

Emission “Maurras, un portrait”

Emission : “Maurras, un portrait”
Méridien Zéro vous propose de revenir sur une figure majeure de la mouvance nationale, tant par ses qualités indéniables que par ses limites. Il n’est pas question de vous proposer une biographie de Maurras mais d’approfondir certains aspects développés dans le dernier numéro de Nouvelle Ecole en recevant deux de ses contributeurs : Rémi Soulié et Olivier François.
A la barre Wilsdorf et à la technique JLR.

Lecteur audio
00:00 00:00 Utilisez les flèches haut/bas pour augmenter ou diminuer le volume.

Charles Maurras sur l'avenir du roi, de la monarchie et de la France

FACULTE DES LETTRES D'AIX-EN-PROVENCELe 16 Septembre 1884Baccalauréat 1ère partieEpreuve de français COPIE DE CHARLES MAURRAS,
ÉLÈVE DE PREMIÈRE A L'ÉCOLE SECONDAIRE LIBRE
DU SACRÉ-COEUREn raison de l'épidémie de choléra qui sévissait dans la région, les épreuves du baccalauréat qui devaient se passer au mois de juillet avaient été repoussées jusqu'à la rentrée suivante. DISSERTATION FRANCAISE


Turgot retiré au château de la Roche-Guyon chez la duchesse d'Enville écrit à Voltaire pour le remercier de l'appui qu'il lui a prêté pendant son ministère, pour lui expliquer les causes de sa disgrâce et lui exprimer son inquiétude pour l'avenir du roi, de la monarchie et de la France.



Monsieur,

Depuis longtemps vous avez appris ma retraite, et, je n’en doute pas, la chute d’un ami qui vous est si dévoué a dû éveiller en votre cœur un écho sympathique. Retiré dans une belle solitude et un peu distrait de mes noires pensées par les soins d’une attentive amitié, j…