Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles associés au libellé Civilisation

Le mythe et l'homme, Alain de Benoist

Extrait : Étant multivoque par nature, le mythe est une combinatoire qui évolue d'elle-même et s'adapte toutes les transformations sociales et culturelles, manifestant par là sa vitalité. Ce ne sont donc pas les structures matérielles qui suscitent les symboles, mais bien plutôt les formes symboliques qui contribuent à modeler les formes matérielles. C'est pourquoi la conception de Marx ou de Freud, ou encore celle des fonctionnalistes, selon qui le mythe ''reflète'', ''traduit'' ou ''exprime'' autre chose que lui-même, renvoyant en dernière analyse à la structure biologique, matérielle ou sociale, est immanquablement vouée à passer à côté de l'essentiel. La saisie du mythe, disons-le encore une fois, ne peut pas se ramener à une interprétation purement subjective. Il n'y a pas de clé herméneutique unitaire permettant d'appréhender le mythe d'après la société : la structure sociale n'éclaire pas le mythe,…

Considérations sur Spengler, par Alain de Benoist

Extrait : La triple opposition culture-âme-vie/civilisation-intellect-raison rebondit chez O. Spengler (Le Déclin de l’Occident, 1918-1922).  Celui-ci traite en effet de la culture aussi bien que des cultures. En outre, il pose, entre “culture” et “civilisation”, un rapport non plus seulement conceptuel, mais de filiation (c-à-d. génétique) et même de finalité. Entre les grandes cultures historiques (il en distingue 8), Spengler constate, non de superficielles analogies, mais bien des “homologies” au sens biologique du terme. Il affirme: «Les cultures sont des organismes; l’histoire universelle est leur biographie générale». Une culture se définit comme l’ensemble des manifestations humaines à une série de moments donnés dans l’histoire (à cet régard, Spengler n’est pas très éloigné de la définition moderne du couple culture/nature). Cette conception est à la fois diachronique et synchronique. Diachronique: toute culture passe par les mêmes étapes, à la façon d’un organisme qui naît, …

L'Amérique vue par Alain de Benoist

La critique des États-Unis a pris son essor, au sein de la Nouvelle Droite, après la parution fin 1975 du numéro de Nouvelle École sur l’Amérique (dont la matière a été reprise dans un livre publié en langue italienne, puis en allemand et en afrikaans). Elle est une sorte de conséquence logique de la distinction que nous avions faite alors entre l’Europe et l’Occident. Elle est depuis restée plus ou moins constante. On aurait tort cependant de l’interpréter comme relevant d’une quelconque phobie. Je suis allergique à toutes les phobies, à l’américanophobie comme aux autres. L’un des numéros d’Éléments publié voici quelques années avait d’ailleurs pour thème «L’Amérique qu’on aime» ! Je ne suis pas non plus de ceux qui critiquent l’Amérique sans la connaître. J’y suis allé maintes fois, j’y ai séjourné à plusieurs reprises, je l’ai sillonnée en tous sens […] 
J’ai toujours eu la plus vive admiration pour le grand cinéma américain quand il ne se ramenait pas encore à une accumulation de …

Le héros et les "péchés du guerrier", Alain de Benoist

Il existe, bien entendu, toutes sortes de héros, toutes sortes d’héroïsmes, et notre époque n’a pas été la dernière à reconnaître que certaines vertus pacifiques, et même des vertus de patience et d’humilité, peuvent être vécues héroïquement. Il n’en reste pas moins que, dans une conception plus traditionnelle ou plus classique, et qui reste bien vivante aujourd’hui, les valeurs héroïques sont très largement des valeurs guerrières. Le héros des grandes épopées, le héros des chansons de geste, le héros des récits d’aventure ou de science-fiction, se veut exemplaire par l’usage qu’il fait de sa force, par les exploits qu’il accomplit, par les actions hors norme qu’il réalise grâce à sa volonté et à son courage, comme à ses capacités physiques. Dans ce qu’il est convenu d’appeler le système indo-européen des trois fonctions, le héros se rattache donc très clairement à la seconde fonction, la fonction guerrière.
Georges DUMÉZIL Rappelons que l’on doit à Georges Dumézil d’avoir été l’un de…

Europe, Alain de Benoist

Europe (par Alain de Benoist) Le rapt d'Europe – Martin de Voos /ob_53ee67_europe-de-benoist.pdf Europe
Texte d'un colloque d'Alain de Benoist du 26 avril 2014

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Il y a encore un quart de siècle, l'Europe apparaissait comme la solution à presque tous les problèmes. Aujourd'hui, elle est perçue comme un problème qui s'ajoute aux autres. Sous l'effet de la désillusion, les reproches pleuvent de partout. À la commission européenne on reproche tout : de multiplier les contraintes, de ce mêler de ce qui ne la regarde pas, de vouloir punir tout le monde, de paralyser nos institutions, d'être organisée de manière incompréhensible, d'être dépourvue de légitimité démocratique, d'anéantir la souveraineté des peuples et des nations, de n'être plus qu'une machine à ne pas gouverner. Dans la plupart des pays, les opinions positives sur l'Union européenne sont en cgute libre depuis au moins dix ans. La proportion de ce…