Accéder au contenu principal

Site Krisis

Krisis, revue pluraliste de débts et d'idées


Krisis revue pluraliste de débats et d'idées


Alain de Benoist a créé en 1988 la revue Krisis, qui publie depuis publie depuis vingt ans plusieurs numéros thématiques par an. Des auteurs d’horizons différents débattent d'enjeux globaux. L’objectif de la revue est de contribuer à un renouveau du débat intellectuel, en France comme en Europe.

Extrait d'un entretien accordé par Alain de benoist à La Nef (à lire en intégralité ici)


Vous êtes l’un des fondateurs de la « Nouvelle Droite », du GRECE et de plusieurs revues de cette mouvance. Pourriez-vous nous rappeler les circonstances de ces fondations et les principales idées que vous défendiez alors ?


Alain de Benoist : Ce que l’on a désigné plus tard par la bien médiocre expression de «Nouvelle Droite» est né en 1967-68, peu avant les événements du mois de Mai. Adolescent, j’avais connu dans les quatre ou cinq années précédentes une expérience de militantisme politique intense, totale pourrait-on dire, au sein de la droite radicale (la Fédération des étudiants nationalistes de François d’Orcival, puis la mouvance de la revue Europe Action, fondée par Dominique Venner). Rude école et expérience marquante, mais dont j’ai rapidement éprouvé les limites. À vingt-cinq ans, j’ai compris que j’étais un homme de connaissance, pas un homme de puissance, pour parler comme Raymond Abellio. J’étais en outre fatigué des slogans et des idées toutes faites. J’ai donc rompu définitivement à la fois avec l’action politique et avec l’extrême droite, afin de me consacrer complètement au travail de la pensée. C’est alors que j’ai créé la revue Nouvelle École, peu avant le lancement du GRECE. La revue Éléments est apparue en 1972. J’ai aussi lancé en 1988 la revue Krisis, qui se voulait une «revue d’idées et de débats». Ces trois revues paraissent toujours aujourd’hui.
Mon intention était alors de repartir à zéro, c’est-à-dire d’inventorier systématiquement tous les domaines de connaissance pour aboutir à la mise au point d’une nouvelle conception du monde propre à éclairer le moment historique que nous vivions. J’avais en tête l’exemple de l’École de Francfort, de l’Action Française et du CNRS ! Il a bien sûr fallu en rabattre. Au moins puis-je dire que depuis un demi-siècle, je ne me suis jamais fixé d’autres buts.



revue krisis tirage 1500 exemplaires par numéro
Extrait du Magazine GQ du mardi 10 mai 2016





Posts les plus consultés de ce blog

Alain de Benoist : « Macron n’apparaît pas comme la marionnette fabriquée que l’on imaginait »

Alain de Benoist revient sur les premières semaines d'Emannuel Macron comme président de la République... Philosophe et essayiste, éditorialiste d'Éléments, et directeur de publication des revues Nouvelle Ecole et Krisis, Alain de Benoist anime aussi par ailleurs l'émission Les idées à l'endroit sur TV Libertés. Il a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017) ainsi qu'un recueil d'articles intitulé Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et une étude sur les origines de l'écriture et notamment sur les runes (Yoran, 2017).

Voir aussi sur le même sujet le livestream de son intervention sur Sputnik.

Depuis quelques semaines, les évènements politiques se sont succédés en France, et le principal d’entre eux reste bien évidemment l’élection d’Emmanuel Macron à la  présidence de la République.
A quelques semaines des élections législatives, Alain de Benoist, qui vient par ailleurs de sortir un livre (« Ce que penser veut dire » aux éditi…

Nouvelle Ecole - stand du colloque ILIADE

Colloque organisé par l'Institut Iliade 
Maison de la Chimie à Paris, le 18 mars 2017






































Les traditions de Noël, Alain de Benoist

Extraits du livre Fêter Noël d'Alain de Benoist, paru aux éditions Pardès, 1994
«Dans la Marche de Brandebourg, pour la Fête du Solstice d’Hiver on entoure les arbres fruitiers d’une ceinture de paille 17 en leur disant: “Petit arbre, je te fais un cadeau: fais m’en un aussi” Ailleurs, pour la Neu Helle, les paysans allemands attachaient ensemble deux arbres fruitiers avec des liens de paille pour leur faire porter des fruits et disaient qu’ils étaient mariés.»

Les Portugais des régions septentrionales «accrochent aux branches des arbres diverses figurines pour annoncer Noël… Dans les provinces de Beiras, l’arbre est brûlé sur la place du village aux douze coups de minuit. L’assistance entonne des chants de Noël, appelés janeiras (Janus), et les plus jeunes, ou les plus audacieux, sautent au dessus du brasier»
«Bède le Vénérable rapporte qu’en 601, le pape Grégoire Ier enjoignit aux missionnaires anglais de s’employer à détourner de leur sens originel les traditions païennes les pl…