Accéder au contenu principal

«L’écologie a un versant conservateur et un versant révolutionnaire!», Alain de Benoist

écologie Alain de Benoist


L’écologie a un versant conservateur et un versant révolutionnaire. Elle est éminemment conservatrice dans la mesure où elle cherche à sauvegarder la nature et à protéger l’équilibre des écosystèmes. Mais elle est révolutionnaire en ce qu’elle est assez lucide pour observer qu’on ne renversera pas la tendance actuelle par des mesures cosmétiques. C’est le paradigme général qu’il faut changer. Cet aspect-là ne peut, évidemment, que scandaliser les libéraux et, d’une façon générale, tous ceux qui pensent que le monde peut bien périr pour autant que l’existence humaine reste gouvernée par des valeurs marchandes et qu’on continue d’obéir aux «lois de l’économie». «Fiat economia, et pereat mundus»!

Il faut pourtant ne pas avoir pas les yeux en face des trous pour ne pas voir ce que l’on voit aujourd’hui: les pollutions qui ne cessent de s’étendre, l’épuisement des réserves naturelles, les dérèglements climatiques, l’empoisonnement des sols, des airs et des eaux. Le drame est que les gens de droite s’imaginent souvent que se préoccuper du sort de la planète, c’est du «mondialisme» (eh oui, la pollution ne s’arrête pas aux frontières!). Comme ils adorent contester les discours officiels, ils les contestent même quand ceux-ci énoncent des évidences. Les climato-sceptiques sont, à cet égard, les meilleurs alliés des multinationales qui détruisent la Terre. Ils confondent la météo et le climat et croient que ce n’est pas la peine de s’inquiéter des changements climatiques puisque «c’est naturel» (comme les tornades et les tremblements de terre!). Ils me font penser aux surréalistes, qui soutenaient par «non-conformisme» que deux et deux pouvaient faire n’importe quoi, mais surtout pas quatre.

Les gens de droite, en outre, connaissent très mal la pensée écologiste. Ils s’imaginent que l’écologie est représentée par les «partis verts» libéraux-libertaires, qui n’ont cessé de s’allier aux partis productivistes et dont les revendications n’ont qu’un rapport très lointain avec l’écologie. Sans remonter jusqu’à Haeckel, la philosophie de l’écologisme a peu touché les esprits, qu’il s’agisse de la pensée des héritiers de Günther Anders et d’Aldo Leopold, de celles de Murray Bookchin, d’André Gorz et de Vittorio Hösle, de l’Écologie profonde d’Arnes Naess ou de grands théoriciens comme Holmes Rolston III ou John Baird Callicott. En France, beaucoup ont même oublié la veine qui, de Giono, Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, aboutit à François Partant et à Serge Latouche.

Alain de Benoist

Posts les plus consultés de ce blog

Nouvelle Ecole n°67 Pierre-Joseph Proudhon

Maurras, qui ne l’aimait guère, le qualifiait de «rustre héroïque», Edouard Berth voyait en lui «un des plus grands moralistes que la France ait produits», Bakounine et Courbet furent ses amis. Sainte-Beuve le considérait comme le plus grand prosateur de son temps. Jacques Julliard affirme aujourd’hui qu’il fut «plus grand que Marx, parce que son anthropologie est fondée sur la réciprocité» On a beaucoup glosé sur ses «contradictions», dont on a exagéré l’importance. Proudhon a certes évolué au cours de sa vie, comme tout un chacun, mais les lignes de force apparaissent rapidement. Proudhon est un philosophe de la liberté. Il ne la conçoit pas de façon abstraite, ni comme prétexte à vouloir n’importe quoi, mais comme émancipation vis-à-vis des contraintes politiques et sociales. Qu’il se réclame de l’anarchisme, du mutuellisme ou du fédéralisme, qu’il critique la «propriété» ou fasse l’éloge de la «possession» c’est au fond toujours d’autonomie qu’il veut parler. Il s’agit pour lui d…

Les traditions de Noël, Alain de Benoist

Extraits du livre Fêter Noël d'Alain de Benoist, paru aux éditions Pardès, 1994
«Dans la Marche de Brandebourg, pour la Fête du Solstice d’Hiver on entoure les arbres fruitiers d’une ceinture de paille 17 en leur disant: “Petit arbre, je te fais un cadeau: fais m’en un aussi” Ailleurs, pour la Neu Helle, les paysans allemands attachaient ensemble deux arbres fruitiers avec des liens de paille pour leur faire porter des fruits et disaient qu’ils étaient mariés.»

Les Portugais des régions septentrionales «accrochent aux branches des arbres diverses figurines pour annoncer Noël… Dans les provinces de Beiras, l’arbre est brûlé sur la place du village aux douze coups de minuit. L’assistance entonne des chants de Noël, appelés janeiras (Janus), et les plus jeunes, ou les plus audacieux, sautent au dessus du brasier»
«Bède le Vénérable rapporte qu’en 601, le pape Grégoire Ier enjoignit aux missionnaires anglais de s’employer à détourner de leur sens originel les traditions païennes les pl…

Gramsci ou l'importance de l'influence culturelle dans nos sociétés

Vidéo : Extrait de l'émission "C Politique" avec Mathieu Bock-Côté "Quand Gramsci inspire la droite" et extrait d'Apostrophes avec Bernard Pivot et Alain de Benoist en 1979.



Pour approfondir la reflexion : Lire aussi CET ARTICLE