Accéder au contenu principal

Le mythe et l'homme, Alain de Benoist

mythe homme roi-arthur-charles-ernest-butler

Extrait : Étant multivoque par nature, le mythe est une combinatoire qui évolue d'elle-même et s'adapte toutes les transformations sociales et culturelles, manifestant par là sa vitalité. Ce ne sont donc pas les structures matérielles qui suscitent les symboles, mais bien plutôt les formes symboliques qui contribuent à modeler les formes matérielles. C'est pourquoi la conception de Marx ou de Freud, ou encore celle des fonctionnalistes, selon qui le mythe ''reflète'', ''traduit'' ou ''exprime'' autre chose que lui-même, renvoyant en dernière analyse à la structure biologique, matérielle ou sociale, est immanquablement vouée à passer à côté de l'essentiel. La saisie du mythe, disons-le encore une fois, ne peut pas se ramener à une interprétation purement subjective. Il n'y a pas de clé herméneutique unitaire permettant d'appréhender le mythe d'après la société : la structure sociale n'éclaire pas le mythe, c'est au contraire le mythe qui éclaire la structure sociale. ''Les fonctionnalistes, écrit Jean-Pierre Vernant, sont bien en quête du système qui confère au mythe son intelligibilité, mais au lieu de le chercher dans le texte, dans son organisation apparente ou cachée, c'est-à-dire dans l'objet, ils le situent ailleurs, dans les contextes socioculturels où apparaissent les récits, c'est-à-dire dans les modalités d'insertion du mythe au sein de la vie sociale. Le mythe perd ainsi chez eux sa spécificité et ses valeurs de signification''. Bref, comme le dit Pierre Smith, ''il n'y a pas de clé des mythes. Ceux-ci, pris dans leur ensemble, cherchent moins à peindre le réel qu'à spéculer sur ses virtualités latentes, moins à penser quelque chose qu'à faire le tour des frontières du pensable''.

Longtemps regardée seulement comme l'inventrice de la raison et de l'individualisme philosophique (le ''miracle grec'' vu au prisme de l'idéologie du progrès), c'est-à-dire comme la première culture à s'être ''soulevée'' contre le mythe, la Grèce redevient elle-même, dans bien des travaux qui lui sont consacrés actuellement, la formulatrice et la conservatrice par excellence des catégories mythiques. Le mythe, ainsi, n'en finit pas de renvoyer à la source grecque. ''Nous ne mesurons pas encore, disait, Heidegger, de quelle façon initiale les Grecs ont été ceux qui savent''. ''La pérennité des mythes, écrit dans le même esprit Georges Gusdorf, c'est pas due aux prestiges de la fabulation, à la magie de la littérature. Elle atteste la pérennité même de la réalité humaine''.

Source : L'empire intérieur, Fata Morgana, 1995, pp. 62-63
Sélection, illustration et PDF de l'extrait : In Limine

 Visuel : Le roi Arthur – Charles Ernest Butler

Posts les plus consultés de ce blog

Les traditions de Noël, Alain de Benoist

Extraits du livre Fêter Noël d'Alain de Benoist, paru aux éditions Pardès, 1994
«Dans la Marche de Brandebourg, pour la Fête du Solstice d’Hiver on entoure les arbres fruitiers d’une ceinture de paille 17 en leur disant: “Petit arbre, je te fais un cadeau: fais m’en un aussi” Ailleurs, pour la Neu Helle, les paysans allemands attachaient ensemble deux arbres fruitiers avec des liens de paille pour leur faire porter des fruits et disaient qu’ils étaient mariés.»

Les Portugais des régions septentrionales «accrochent aux branches des arbres diverses figurines pour annoncer Noël… Dans les provinces de Beiras, l’arbre est brûlé sur la place du village aux douze coups de minuit. L’assistance entonne des chants de Noël, appelés janeiras (Janus), et les plus jeunes, ou les plus audacieux, sautent au dessus du brasier»
«Bède le Vénérable rapporte qu’en 601, le pape Grégoire Ier enjoignit aux missionnaires anglais de s’employer à détourner de leur sens originel les traditions païennes les pl…

Retour sur le parcours d'Alain de Benoist

Souvent mis de côté de la scène médiatique parisienne, le fondateur des revues Nouvelle Ecole, Krisis et Eléments a le mérite d’avoir une vision tranchée quant à notre société moderne. Auteur de plus de cent ouvrages, propriétaire de l’une des plus grandes bibliothèques privées d’Europe, le penseur de ce qu'on a appelé la «Nouvelle droite» (expression dans laquelle il ne s'est jamais véritablement reconnu) évoque ici de nombreuses questions qui ont rythmé son parcours intellectuel.
Un entretien à compléter avec les conversations de Paul-Marie couteaux, une série de six émissions TV Libertés filmées dans l'intimité du philosophe. L'occasion de découvrir notamment sa bibliothèque privée (où une partie des conversations ont été tournées).
Les extraits de Mémoire vive que nous partageons ici apporteront également un éclairage sur le parcours personnel et l'itinéraire intellectuel d'Alain de Benoist.

________________________ Nous avons eu la joie de faire intervenir …

Alain de Benoist : « Macron n’apparaît pas comme la marionnette fabriquée que l’on imaginait »

Alain de Benoist revient sur les premières semaines d'Emannuel Macron comme président de la République... Philosophe et essayiste, éditorialiste d'Éléments, et directeur de publication des revues Nouvelle Ecole et Krisis, Alain de Benoist anime aussi par ailleurs l'émission Les idées à l'endroit sur TV Libertés. Il a récemment publié Le moment populiste (Pierre-Guillaume de Roux, 2017) ainsi qu'un recueil d'articles intitulé Ce que penser veut dire (Rocher, 2017) et une étude sur les origines de l'écriture et notamment sur les runes (Yoran, 2017).

Voir aussi sur le même sujet le livestream de son intervention sur Sputnik.

Depuis quelques semaines, les évènements politiques se sont succédés en France, et le principal d’entre eux reste bien évidemment l’élection d’Emmanuel Macron à la  présidence de la République.
A quelques semaines des élections législatives, Alain de Benoist, qui vient par ailleurs de sortir un livre (« Ce que penser veut dire » aux éditi…