Accéder au contenu principal

La place de l'homme dans la nature, Alain de Benoist

animaux hommes nature décroissance, Alain de Benoist



Extrait : En 1755, dans son Traité des animaux, Condillac écrivait: «Il serait peu curieux de savoir ce que sont les bêtes, si ce n'était pas un moyen de savoir ce que nous sommes». Depuis l'Antiquité, le regard porté par l'homme sur le vivant nourrit une interrogation qui, au fil des siècles, depuis Aristote jusqu'à Descartes, puis jusqu'à nos jours, a suscité une multitude de débats philosophiques, scientifiques, idéologiques et religieux. 

A date récente, le développement de la recherche a conduit à se demander si les animaux ne sont pas des personnes. Il s'agit en fin de compte de savoir quelle est la place de l'homme dans la nature. Konrad Lorenz disait que ceux qui refusent d'admettre que l'homme est un animal ont tort, mais que ceux pour qui il n'est rien d'autre qu'un animal ont tort également. 

Entre les hommes et les animaux, y a-t-il une différence de nature ou une différence de degré? Par rapport aux sociétés animales, quelle est la spécificité des sociétés humaines? Plus généralement, comment faut-il comprendre la façon dont s'articulent la nature et la culture? Quelles leçons tirer des plus récentes découvertes scientifiques? Peut-on encore jeter les bases d'une véritable anthropologie philosophique? C'est à ces questions que s efforce de répondre ce livre, à partir d'un survol de l'histoire des idées et d'une enquête sur l'état actuel du savoir.

Alain de Benoist
Des animaux et des hommes, éd. Alexipharmaque


Téléchargez un extrait du livre Des animaux et des hommes (fichier PDF)


Pour approfondir la réflexion:

DÉCROISSANCE OU TOUJOURS PLUS ?

La vogue actuelle de l'écologie (et de l'écologisme) s'explique par deux facteurs essentiels: l'aggravation des pollutions de toutes sortes, qui saccagent les paysages, détruisent les écosystèmes, infectent les nappes phréatiques et menacent les océans ; et l'épuisement programmé des réserves naturelles, dont on sait aujourd'hui qu'elles ne sont ni inépuisables ni gratuites, à un moment où plus des trois-quarts de nos ressources énergétiques sont encore des ressources fossiles (gaz, pétrole, charbon, uranium).

S'y ajoutent les débats sur le réchauffement climatique, le traitement des déchets industriels et nucléaires, les perturbateurs endocriniens, les menaces sur l'alimentation, etc. De nombreux auteurs se sont déjà attachés à étudier ces problèmes. Mais peu l'ont fait au point de prendre fermement position en faveur de la décroissance. Le constat de base que font les décroissants est celui-ci: une croissance matérielle infinie est impossible dans un espace fini (comme l'est notre planète).

Sans pour autant vouloir arrêter l'histoire ni retourner en arrière, vient un moment où il est nécessaire comprendre que plus ne veut pas automatiquement dire mieux et qu'il est parfois nécessaire de dire: C'est assez! Alain de Benoist, à qui l'on doit déjà de nombreux essais d'histoire des idées et de philosophie politique, explique dans ce nouveau livre pourquoi le développement durable est voué à l'échec : en prétendant concilier croissance et écologie, il revient, dans le meilleur des cas, à réduire la vitesse sans pour autant changer de cap dans la mauvaise direction. La notion même de croissance, issue de la modernité occidentale, est ici déconstruite à partir d'une critique radicale, qui s'appuie notamment sur les notions d'empreinte écologique et d'effet-rebond. L'ouvrage contient également plusieurs textes sur le sens profond de le pensée écologiste, ainsi que sur l'idée de valeur intrinsèque de la nature. L'auteur plaide, en conclusion, pour restituer un rapport de co-appartenance à la nature rompant avec l'idée d'un monde transformé en simple objet du vouloir humain: Le monde naturel n'est pas un simple décor de nos existences, c'est l'une des conditions systémiques de la vie.

Débat en livestream sur ce thème à regarder sur le site Krisis

NOUVEAU
Décroissance ou toujours plus

Décroissance ou toujours plus

Penser l'écologie jusqu'au bout. 

Alain de Benoist.

Editions Pierre-Guillaume de Roux. 

Le prix affiché est le prix TTC. 
Ce prix ne comprend pas les frais de port. 
Ils s'élèvent à 3,90 euros pour les livres et revues (expédition France ou Etranger). 

   

Posts les plus consultés de ce blog

Les traditions de Noël, Alain de Benoist

Extraits du livre Fêter Noël d'Alain de Benoist, paru aux éditions Pardès, 1994
«Dans la Marche de Brandebourg, pour la Fête du Solstice d’Hiver on entoure les arbres fruitiers d’une ceinture de paille 17 en leur disant: “Petit arbre, je te fais un cadeau: fais m’en un aussi” Ailleurs, pour la Neu Helle, les paysans allemands attachaient ensemble deux arbres fruitiers avec des liens de paille pour leur faire porter des fruits et disaient qu’ils étaient mariés.»

Les Portugais des régions septentrionales «accrochent aux branches des arbres diverses figurines pour annoncer Noël… Dans les provinces de Beiras, l’arbre est brûlé sur la place du village aux douze coups de minuit. L’assistance entonne des chants de Noël, appelés janeiras (Janus), et les plus jeunes, ou les plus audacieux, sautent au dessus du brasier»
«Bède le Vénérable rapporte qu’en 601, le pape Grégoire Ier enjoignit aux missionnaires anglais de s’employer à détourner de leur sens originel les traditions païennes les pl…

Retour sur le parcours d'Alain de Benoist

Souvent mis de côté de la scène médiatique parisienne, le fondateur des revues Nouvelle Ecole, Krisis et Eléments a le mérite d’avoir une vision tranchée quant à notre société moderne. Auteur de plus de cent ouvrages, propriétaire de l’une des plus grandes bibliothèques privées d’Europe, le penseur de ce qu'on a appelé la «Nouvelle droite» (expression dans laquelle il ne s'est jamais véritablement reconnu) évoque ici de nombreuses questions qui ont rythmé son parcours intellectuel.
Un entretien à compléter avec les conversations de Paul-Marie couteaux, une série de six émissions TV Libertés filmées dans l'intimité du philosophe. L'occasion de découvrir notamment sa bibliothèque privée (où une partie des conversations ont été tournées).
Les extraits de Mémoire vive que nous partageons ici apporteront également un éclairage sur le parcours personnel et l'itinéraire intellectuel d'Alain de Benoist.

________________________ Nous avons eu la joie de faire intervenir …

Nouvelle Ecole n°67 Pierre-Joseph Proudhon

Maurras, qui ne l’aimait guère, le qualifiait de «rustre héroïque», Edouard Berth voyait en lui «un des plus grands moralistes que la France ait produits», Bakounine et Courbet furent ses amis. Sainte-Beuve le considérait comme le plus grand prosateur de son temps. Jacques Julliard affirme aujourd’hui qu’il fut «plus grand que Marx, parce que son anthropologie est fondée sur la réciprocité» On a beaucoup glosé sur ses «contradictions», dont on a exagéré l’importance. Proudhon a certes évolué au cours de sa vie, comme tout un chacun, mais les lignes de force apparaissent rapidement. Proudhon est un philosophe de la liberté. Il ne la conçoit pas de façon abstraite, ni comme prétexte à vouloir n’importe quoi, mais comme émancipation vis-à-vis des contraintes politiques et sociales. Qu’il se réclame de l’anarchisme, du mutuellisme ou du fédéralisme, qu’il critique la «propriété» ou fasse l’éloge de la «possession» c’est au fond toujours d’autonomie qu’il veut parler. Il s’agit pour lui d…