Accéder au contenu principal

Articles

La revue Nouvelle Ecole

Fondée en 1968 et publiée tous les ans, Nouvelle Ecole est une luxueuse revue, très illustrée, qui propose dans chaque livraison des études en profondeur dans tous les domaines de la connaissance et de l’histoire des idées, de l’archéologie à la biologie, en passant par la sociologie, la littérature, la philosophie ou l’histoire des religions. Chaque numéro comporte un dossier central, auquel s’ajoutent des «Varia» et de nombreuses rubriques et bibliographies. Dirigée par Alain de Benoist, Nouvelle Ecole a pour rédacteur en chef Michel d’Urance.


___________________________

Présentation de Nouvelle Ecole 65: "Les Lumières"
Depuis maintenant plus de deux siècles, la Révolution française n’a cessé de mobiliser des passions contraires (approbation inconditionnelle ou rejet sans nuances), mais également peu fécondes : bibliothèque rose ou série noire. (...) En dépit de l’historiographie traditionnelle, la Révolution ne se résume pas à l’effondrement des valeurs d’Ancien Régime ou à …
Articles récents

Voyage initiatique au sein de mondes oubliés où les dieux côtoient les hommes dans une quête insatiable des vérités primordiales

Article : Aristide Leucate revient sur le dernier ouvrage d'Alain de Benoist, l'écriture runique et les origines de l'écriture. Un livre facile d'accès qui fait le point sur les forces et les faiblesses des multiples théories qui ont tenté de déchiffrer cet énigmatique et hermétique système scripturaire. 
Il a souvent été observé, sous notre plume comme sous celle d’autres commentateurs ou exégètes, le style à nul autre pareil d’Alain de Benoist, qui est aux lettres ce que Floch ou Hergé étaient au 9e art.
L’épure de la phrase (sans que cela ne confine le moins du monde à la sécheresse du verbe) conjuguée à la limpidité rhétorique en font un représentant incomparable de la ligne claire dans la république des lettres.
Ceci est d’autant plus remarquable avec le dernier opus du directeur de la revue Nouvelle École et éditorialiste à Éléments consacré à l’écriture runique et aux origines de l’écriture.
Le sujet, apanage des spécialistes de linguistique, de philologie ou d’…

Retour sur le parcours d'Alain de Benoist

Souvent mis de côté de la scène médiatique parisienne, le fondateur des revues Nouvelle Ecole, Krisis et Eléments a le mérite d’avoir une vision tranchée quant à notre société moderne. Auteur de plus de cent ouvrages, propriétaire de l’une des plus grandes bibliothèques privées d’Europe, le penseur de ce qu'on a appelé la «Nouvelle droite» (expression dans laquelle il ne s'est jamais véritablement reconnu) évoque ici de nombreuses questions qui ont rythmé son parcours intellectuel.
Un entretien à compléter avec les conversations de Paul-Marie couteaux, une série de six émissions TV Libertés filmées dans l'intimité du philosophe. L'occasion de découvrir notamment sa bibliothèque privée (où une partie des conversations ont été tournées).
Les extraits de Mémoire vive que nous partageons ici apporteront également un éclairage sur le parcours personnel et l'itinéraire intellectuel d'Alain de Benoist.

________________________ Nous avons eu la joie de faire intervenir …

Ernst Jünger : Le Soldat du front, le Travailleur, le Rebelle et l’Anarque

Alain de Benoist anlayse ici les quatres grands types et figures que l’oeuvre d’Ernst Jünger a successivement fait apparaître, correspondant chacune à une période bien distincte de sa vie. Il s’agit, chronologiquement, du Soldat du front, du Travailleur, du Rebelle et de l’Anarque. A travers ces Figures se laisse deviner l’intérêt passionné que Jünger a toujours porté au monde des formes, qui pour lui ne sauraient résulter du hasard, mais constituent autant de configurations canalisant, à des niveaux différents, les modalités d’expression du sensible: l’«histoire» du monde est avant tout morphogenèse. En tant qu’entomologiste, Jünger était par ailleurs tout naturellement porté aux classifications. Au-delà de l’individu, il identifie l’espèce ou le genre. On peut y voir une manière subtile de récuser l’individualisme: «L’unique et le typique s’excluent», écrit-il. L’univers tel que le voit Jünger est donc un univers où des Figures confèrent aux époques leur signification métaphysique.…

Au-delà de la nation, l'Empire

Après examen de notre histoire politique européenne, on constate rapidement qu'il n'existe que deux grands modèles d'organisation politique: la nation (précédée par le royaume), et l’Empire. Et si la forme nationale n'était qu'un produit de la modernité, fruit d'une "métaphysique de la subjectivité" ? Et si notre renouveau viendrait du principe impérial. C'est en tout cas ce que défend Alain de Benoist dans cette émission. Le fichier audio de cette émission avec Alain de Benoist sur Méridien Zéro est en téléchargement libre ci-dessous (via ekouter.net) A compléter avec cet article "Europe, l'idée d'empire"
0:00:00 1:25:34

Europe, l’Idée d’empire

Lorsque l’on examine l’histoire politique européenne, on constate rapidement que l’Europe a été le lieu où se sont élaborés, développés et affrontés deux grands modèles de politie, d’unité politique : la nation, précédée par le royaume, et l’Empire.
Ce bref essai pour objet de cerner ce qui les distingue, en mettant surtout l’accent sur le second.
[Il pourra être complété par l'écoute de l'émission Au-delà de la nation, l'Empire]

Mais rappelons d’abord quelques dates. Romulus Augustule, dernier empereur de l’Occident latin, est déposé en 475. Seul subsiste alors l’empire d’Orient. Cependant, après le démembrement de l’empire d’Occident, une nouvelle conscience unitaire semble se faire jour en Europe occidentale. Dès 795, le pape Léon III date ses bulles, non plus du règne de l’empereur de Constantinople, mais de celui de Charles, roi des Francs et patricien des Romains. Cinq ans plus tard, le jour de Noël de l’an 800, Léon III dépose à Rome la couronne impériale sur la tête …